Quantum satis

Publié le par Saint Luc

 

La vie est quand même bizarre par moment. Pendant trois bons mois je n'avais pas grand chose à écrire, et le peu à me mettre sous la dent ne me satisfaisait pas, ou alors je ne savais pas comment m'y prendre pour le coucher par écrit.

Et voilà qu'aujourd'hui j'ai des sujets à la pelle, et que je ne sais plus trop où je dois donner de la tête.


Parce qu'entre autres choses, il faut que je finisse mon article sur les règles universelles qui régissent le monde, que je finisse mon article sur mon histoire de lecteur, que je finisse enfin le commentaire de la photographie d'Amélie, que je vous livre mon sentiment sur les grandes manoeuvres pour la course à la présidentielle, que je vous livre mon sentiment sur les derniers livres que j'ai dévoré avec ardeur et application cet été, que je vous livre mon sentiment sur mes relations très particulières avec les odeurs et parfums.

 

Une paille quoi.

 

Et comme il faut bien commencer quelque part, je vais vous parler du dernier sujet. Parce que ce matin, surprise, en sortant sur le palier pour aller me chercher du pain et des croissants (à quoi ça sert les vacances si on peut pas se faire plaisir avec un petit déjeuner continental de derrière les fagots ?), une odeur me saute littéralement au visage.

 

Et pourtant je ne suis pas quelqu'un qui est spécialement attentif aux odeurs ou aux parfums, et de ce point de vue là j'ai des lacunes. Et c'est le moins qu'on puisse dire. En fait je n'ai pas l'odorat particulièrement développé, et il n'est pas très aiguisé non plus, je suis d'ailleurs bien incapable de reconnaître les choses à leur parfum, alors vous imaginez bien que pour ce qui est des personnes c'est même pas la peine d'y penser la Bérézina. Il faut dire que j'ai des circonstances atténuantes : je suis asthmatique. Du coup, rentrer dans une parfumerie n'est jamais une bonne idée, et porter du parfum tous les jours n'est même pas envisageable.

 

Malgré tout, ce matin cette odeur m'a renvoyé à plein de souvenirs, et je comprends mieux pourquoi on dit que les parfums sont très souvents associés à la mémoire et comme une madeleine de Proust peuvent permettre de remettre en tête situations, personnes, lieux et autres choses tout droit issues du passé et de l'enfance par exemple. ça c'est le genre de phrases que je préfère ne même pas relire tellement elle me semble bancale et écite dans un français grammaticalement très incorrect !

 

Il flottait dans le couloir un parfum de Monoï, mais pas n'importe lequel non plus, il était mâtiné d'un soupçon de tiaré. Et cette rencontre ne m'a pas quitté de la journée, alors du coup je me suis dit que j'allais vous en parler et faire un petit état des lieux de ces différents parfums qui me parlent et de ce qu'ils m'évoquent immanquablement.

 


 

Donc le Monoï avec du Tiaré : Maman, bien évidemment. Je me souviens que lorsque l'on vivait à Tahiti, c'est ce qu'elle portait, elle s'enduisait régulièrement de cette huile parfumée typiquement de là-bas. Et puis c'était aussi la plus belle période de ma vie, en tout cas dans mes souvenirs. Il y a eu des coups durs aussi, avec des déceptions et l'apprentissage de la vie, de ses difficultés, les premières questions que l'on se pose sur soi, sur les autres, mais ça reste des souvenirs absolument merveilleux, magiques. Et je me souviens qu'à notre retour en métropole elle en portait encore, et qu'elle a progressivement fini les dernières bouteilles de ce Monoï Hei Poa dans laquelle flottait une fleur de Tiaré qu'elle avait pris soin de ramener. Bien sûr, elle devait essayer de le garder le plus longtemps possible, alors elle ne s'en servait plus autant qu'avant, lorsqu'il n'était pas difficile de s'en procurer. Mais n'importe comment, ce parfum me rappelle toujours Tahiti et Maman.

 

La bergamotte, le thé vert et le bois de santal : ma première grande histoire d'amour, vu que c'est les ingrédients principaux de CK One. Elle le portait tout le temps, sans compter tous les produits annexes, comme le lait hydratant, le gel purifiant, le déodorant... Pour moi, ça évoque l'intimité et la décontraction, quelque chose de simple et sans fioritures, une certaine idée de ce qui est sans mensonges, sans paravents. Un petit goût de l'enfance qui ne l'est déjà plus vraiment.

 

La fleur d'oranger et le jasmin : les vacances passées avec les amis, et les longues, très longues soirées passées à discuter, à refaire le monde, à philosopher ou tout simplement à jouer aux cartes. De ces vacances qui vous laissent des souvenirs impérissables et ce léger sourire qui flotte sur le visage lorsque l'on en revient, certes pas très reposé et dispos, mais rasséréné et plein de confiance, en soi et dans les autres. Et sur le monde en général.

 

Le cyprès : c'est l'odeur de mon enfance, de la cour de l'école, des premiers jeux avec les copains, de l'apprentissage des secrets de la lecture, des bons points et des blouses que l'on mettait dans le couloir. Je ne me souviens pas de grand chose de cette époque, plutôt des impressions, agréables pour la plupart, même si je sais que je me suis aussi ouvert la tête justement à cause d'un cyprès, et que l'on devait me tirer régulièrement les oreilles à cause de ma tendance certaine à l'impertinence, voire à l'insolence.

 

Le chocolat chaud, encore fumant : ça me refait toujours penser aux petits déjeuner de mon enfance, chez ma grand-mère, pris dans la cuisine, légérement tourné vers elle qui faisait fondre du chocolat à dessert pour simplement nous faire déjeuner. Elle parlait tout en remuant avec une cuillère en bois - le fer ça laisse un goût tout de même, disait-elle - et en se retournant de temps à autre pour nous regarder, la cuillère dans une main et l'autre sur la hanche ou dans la poche de son tablier, qu'elle portait toujours dès qu'elle se mettait à faire la cuisine, ce qui lui arrivait plus que fréquemment. Je crois bien que c'était ce qu'elle aimait le plus en fin de compte, réaliser de véritables tours de force ou des choses toutes simples, mais toujours la cuisine, juste parce que ça lui plaisait. Tout comme elle préparait des croissants, des pains au chocolat et de la brioche, pour rien, juste comme ça, pour nous gâter et nous faire plaisir. C'était un moment hors du temps, privilégié, et pour le coup, elle y a réussi pleinement, à nous faire plaisir, vu que j'en ai encore les larmes aux yeux d'y repenser un peu plus de vingt ans plus tard.

 

L'Iode, le sable chaud : La belle A*** comme on écrit dans les grands classiques du XIXème siècle, puisque c'est le parfum évoqué par Rem, celui qu'elle portait et qui lui correspond si bien. Quelque chose de la légereté, de la douceur. Mais pas douceureux, bien au contraire, un peu poivré qui ajoute de la profondeur et de l'authenticité au lieu de se contenter de cette douceur sucrée qui pourrait si facilement tomber dans le mielleux et  le mièvre. Non, il y a ce je ne sais quoi de piquant qui donne quelque chose de solaire à cette odeur, quelque chose des embruns et de la mer aussi, qui me parle de liberté, du sud, de chez moi.

 

 

 

J'imagine que pour vous aussi il y a des odeurs et des parfums qui transportent, vous évoquent et convoquent une multitude de souvenirs, bons ou mauvais d'ailleurs. Non ? Faîtes-vous plaisir et racontez donc à votre confesseur évangéliste préféré en même temps c'est normal, vous devez pas en connaître des masses ce que c'est et un petit peu de ces souvenirs qui y sont liés ! C'est pas que je veuille vous forcer, mais bon, un petit peu quand même ! Allez, siouplait !

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

FACAMA 16/09/2010 14:50


Pour moi une odeur parmi toutes celle de ma vie et DIEU c est que les odeurs sont importante pour moi.
Celle du TABAC hollandais est la plus importante dans mes souvenir même si je ne fume pas.
Mais que de souvenir....Joyeux ou non
Difficiles a revivre surtout lorsque le printemps arrive avec toutes les odeurs de joie, de vie que la nature nous donne.
Voila pour moi


Saint Luc 02/10/2010 22:30



Tout d'abord bienvenue !!!


C'est vrai que les odeurs sont souvent liées à des souvenirs précis, mais pas toujours les plus plaisants, dans les lots de souvenirs que l'on se trimbale ce serait trop beau s'il n'y en avait
que de beaux...


Par contre, je ne sais pas si c'est parce que je suis fatigué, mais je n'arrive pas vraiment à saisir le rapport entre l'odeur de tabac hollandais et les odeurs du printemps qui revient  :(



Axel 02/09/2010 17:00


Une forêt digne de ce nom, je n'en vois pas à moins d'une bonne heure de route qui grimpe, et la pluie n'est vraiment pas fréquente dans la région.
Je n'ai pas tout de suite associé l'effet au parfum jusqu'à ce que le même effet se reproduise en croisant un inconnu. Difficile de l'arrêter pour lui poser la question ! Et plus moyen de
communiquer avec le premier. En fait, le mystère me plaît bien, et aller sentir tous les flacons dans une parfumerie manquerait vraiment de romantisme je trouve.


Saint Luc 04/09/2010 22:32



Je ne me suis donc pas trompé : tu habites bien au milieu du désert !!!  ;)


Et pour ce qui est du parfum, je comprends mieux, tout s'explique en fait, et je crois effectivement que tu fais bien de conserver cette part de mystère, et puis c'est aussi plus romanesque comme
ça...



Axel 30/08/2010 10:03


L'odeur de la forêt après la pluie... Un pur bonheur, et un bonheur devenu quasi légendaire par ici sans forêt et sans pluie des mois durant !
Sinon, un parfum dont je ne connais ni le nom ni la composition, et qui ne semble pas très courant heureusement pour moi. Heureusement parce que je chavire aussitôt...


Saint Luc 01/09/2010 23:58



Devenu légendaire ? Tu habites en plein désert d'Atacama ou quoi ?


Et tu ne sais même pas son nom ? Parce que vu l'effet que tu décris, moi j'aurais cherché à savoir ! Soit tu n'es pas très curieuse, soit tu veux entretenir le mystère, à moins que je ne sois
complétement à côté de la plaque ?



chouf 30/08/2010 09:53


ce qui est chouette c'est de re-découvrir des odeurs... j'ai arrêté de fumer après plus de 18 ans de "bons et loyaux services"... et très rapidement les odeurs sont revenues... les bonnes et les
mauvaises....
sinon l'odeur d'amande me renvoie systématiquement à l'école et à la colle blanche Cléopatre (dans son petit pot avec la spatule...) j'adore!!!


Saint Luc 01/09/2010 23:54



Autant je ne saurais pas te dire, vu que je suis redevenu fumeur depuis ma douloureuse rupture, pour ce qui est de retrouver les odeurs et l'odorat, autant c'est vrai que la colle Cléopatre ça me
parle un maximum.


D'ailleurs, l'année dernière en passant mes commandes (assez conséquentes) pour mes classes j'ai reçu en cadeau surprise des pots de cette colle bien particulière... Un vrai rappel de ma
jeunesse, je n'y avais pas pensé en rédigeant l'article mais j'aurais pu l'ajouter. En même temps, ça ne doit pas être très original, je pense qu'il doit y avoir des générations entières qui ont
ce souvenir en commun avec nous ! Mais bon, on ne peut pas toujours être original non plus !



Amelie 29/08/2010 19:19


Contrairement à toi je marche beaucoup aux odeurs, je renifle tout le temps, je sens toujours plein de choses, plein de parfums, plein d'odeurs.
C'est peut-être à cause de ça que je déteste aussi rentrer dans des parfumeries, toutes ces odeurs mélangées, c'est trop et ça me monte à la tête.
Le seul parfum que je peux reconnaître c'est celui que portait ma mère, amarige (Givenchy). C'est toujours bizarre de sentir ce parfum à côté de moi dans le métro, ou dans la rue, en croisant une
femme ou en marchant derrière elle.
L'odeur du chocolat chaud est un souvenir, mais un souvenir quotidien, c'est ça qui est chouette ! Sinon j'ai toujours pas loin dans ma tête et dans mes narines l'odeur des champignons qui cuisent
chez ma grand-mère, la pluie qui tombe sur un sol archi sec (son contact avec la poussière), la poudre des feux d'artifice, l'essence dans les stations service, les fraises, l'odeur qui se dégage
des arbres dans les forêts, le beurre qui fond, la cire pour meubles, le cuir, le papier des livres et des magazines, le soufre des allumettes.
Et l'odeur que je ne supporte pas, au point de changer de voisine à table : la noix de coco. C'est juste insupportable (-:


Saint Luc 01/09/2010 23:48



Ah ben je vois qu'on partage la même interdiction de parfumerie alors, même si c'est pour des raisons diamétralement opposées en fin de compte !


Et c'est vrai que sentir des parfums familiers et qui nous parlent sur d'autres personnes, et qui plus est des inconnus, est assez spécial et troublant...


Ce qui est dingue avec cette histoire d'odeurs et de parfums, c'est que tout le monde cite parmi les plus marquantes certaines qui sont liées à notre enfance, comme si il y avait un lien
spécifique entre les odeurs et les souvenirs les plus anciens, ceux qui nous ont fondé en quelque sorte...


Par contre, la noix de coco, moi qui ait fait un passage sous les tropiques tu comprendras que je ne puisse pas comprendre !  ;)