right man in the right place

Publié le par Saint Luc


Daniel Pennac a écrit "être soi, monsieur, c'est être le bon cheval, au bon moment, sur la bonne case du bon échiquier ! Ou la reine, ou le fou, ou le dernier des petits pions !"


Comme vous le savez, mes internautes chéris et préférés, au goût de pain d'épice et à l'odeur d'aiguilles de sapin Noordman ben quoi, c'est de saison, non ? et comme je le disais par je n'aime pas, mais pas du tout, la période autour de Nowel : j'y trouve toujours un brin de mauvais goût, des ennuis et des récriminations à la pelle, en plus de monceaux d'hypocrisie.

Bref.

Je n'aime pas bien.

Sauf, que cette année, je
suis forcé dois bien reconnaître que ça s'est plutôt bien passé, et que j'ai pu goûté un tant soit peu à ces moments de félicité que la plupart des gens espèrent et vous resservent à longueur de temps à propos des fêtes de fin d'année.

Et sans vouloir faire de l'autopsychanalyse
à un euro cinquante sauvage et à la hussarde, je pense que je n'apprécie pas tout spécialement cette période en grande partie à cause des souvenirs que j'y attache. En effet, cela faisait quand même un bon moment que je n'avais pas passé ces moment de joies et de congratulations obligatoires en m'y sentant raccord avec les gens avec qui je les partage, la plupart du temps j'avais du mal à me sentir bien en même temps que les autres, à me réjouir comme eux et à l'unisson. J'ai eu un peu trop souvent le sentiment de n'être pas au bon endroit, pour une raison ou une autre, d'une façon ou d'une autre.

Pas à ma place.

Pas à la bonne place.

Et je ne parle pas de l'après rupture (ou d'une après rupture, quelle qu'elle soit), où l'on se demande forcément où est l'autre, s'il est heureux, s'il se sent bien, s'il s'amuse, alors que nous non, ça c'est logique, rien que de très banal, pas très agréable, mais somme toute normal.
Mais de toutes les fois, où l'on arrive pas vraiment à se réjouir, alors que l'on a bel et bien l'impression que les autres y arrivent eux, et de cette curieuse sensation qui fait se dire que l'on devrait s'en aller, partir, que quelque part il y a une place où l'on se sentirait mieux, plus épanoui, où l'on devrait être au lieu d'être là.

Une impression qui vient toujours avec deux questions :
- tout d'abord où se trouve ce lieu où l'on pourrait se réjouir vraiment, pleinement, si même cet endroit existe ;
- ensuite, si à cet endroit s'y trouve des gens pour éprouver la même chose que nous et qui serait content de nous voir débarquer.

Deux questions qui font souvent que l'on reste là où l'on se trouve malgré tout, en regardant ailleurs c'est vrai, et en essayant tant bien que mal de donner le change et de passer inaperçu dans ce décor de gens qui s'amuse autour de nous. Après tout, s'ils arrivent à s'amuser et à se réjouir, et qui sont en principe des gens à qui l'on tient, quel droit aurait-on de gâcher cela avec nos questions et nos états d'âme si peu raisonnables et si peu en accord avec leurs propres préoccupations ?

Au
top 10 des raison de ne pas aprécier les fêtes de fin d'années, je pense que celle-ci est conséquente et se place d'ailleurs directement en première position. C'est sans doute celle que je connais la mieux, pour l'avoir éprouvée un paquet de fois.

Mais pas cette fois-ci
ou pour être tout à fait honnête pas plus de quelques minutes où je suis passé dans l'autre camp, celui de ceux qui ne se préoccupent de pas grand chose et profitent de l'ici et maintenant, et ça c'est déjà pas mal, ça me fait bizarre, mais c'était assez agréable à vrai dire.
Et le premier qui me dit que ce doit être à cause de l'âge, je le sors d'ici à grand coup de pieds au derrière, nanmého !


Publié dans Humeur

Commenter cet article

tahiti45 03/01/2010 19:50


je comprends mais la vie,elle,elle ne s'arrête pas....


Saint Luc 03/01/2010 21:41


C'est sûr...
Même si parfois on préférerait...


tahiti45 03/01/2010 13:48


c'est ça être vivant,être mouvant,évoluer en permanence


Saint Luc 03/01/2010 17:49


Peut être, mais parfois on aimerait se poser un petit peu...


ci&là 02/01/2010 12:34


Depuis ma fille, j'aime Noël… Je sais, ça fait affreusement cliché de dire ça mais bon… c'est vrai ! Je vous épargne le pourquoi (ses yeux qui brillent, son rire qui fuse etc…). Une belle et bonne
année à toi Saint Luc.


Saint Luc 03/01/2010 12:42


Non, ça ne paraît pas cliché, ça paraît vrai, très vrai...
Et l'on comprend bien pourquoi, il suffit de voir des enfants le 25 pour réaliser immédiatement !
Et merci pour tes voeux, les miens t'accompagnent également...


ghengis 02/01/2010 10:43


Mes noëls n'ont jamais été des gravures de magazines, je n'ai pas de cousins, une tante inexistante et seulement deux grands parents à qui j'adresse encore la parole. Alors nos noëls ne différent
pas des autres repas dominicaux, sauf que tout le monde s'efforce de faire quelque chose dans la journée aux limites de l'angoisse frénétique, cela crie, cela hurle, il y a souvent des assiettes
cassées, mais quand le calme vient après la tempête, on est toujours autour de la grande table à sourire comme des ravis, et à finalement bien aimer notre micro famille.

Noël n'est qu'une déclinaison que chacun assaisonne...


Saint Luc 03/01/2010 12:19


Ce qui est exactement le contraire pour moi, avec une famille fort nombreuse et assez possessive pour l'un des côtés, plus détendue de l'autre, mais qui dit de nombreuses personnes dit aussi de
nombreuses façons et possibilités de se prendre la tête, donc du coup les fêtes de nowel n'ont pas toujours été très paisibles et reposantes...
Et comme quoi, moins on est nombreux moins on a d'occasions de se torturer j'ai l'impression...
En tout cas, ça peut coûter cher en vaisselle un reiveillon chez toi !!!
Il vous reste encore un service entier, pour l'année prochaine ?


tahiti45 31/12/2009 13:41


Dis donc..;BBK.mel est il permis de me piquer mon vocabulaire,j'allais moi aussi parler de maturité plutôt que d'âge.La sagesse n'est pas loin,être présent au "présent" c'est être présent à soi et
aux autres.Vivre pleinement l'instant c'est être en phase avec ce (ou ceux) qu'il y a ici et maintenant


Saint Luc 03/01/2010 12:11


Peut être, mais sait-on jamais que l'on est sage ?
C'est curieux, mais avec le temps tout ce qui nous paraissait sûr, stable et avoir un sens en paraît en avoir de moins en moins, mouvant et sujet à discussion ou à interprétation...