Oculus et scriptus

Publié le par Saint Luc


Bon alors, il y a tout un tas de trucs qu'il faudrait que je vous raconte, depuis la tête ahurie des grumeaux pendant certains de mes derniers cours jusqu'aux rebondissements récents de ma vie sentimentale, mais à dire vrai je n'ai ni l'envie ni le courage de le faire cette fois-ci. On en reparlera sans doute quand j'aurais compilé assez d'anecdotes d'une part et digéré les événements d'autre part...

Du coup, on va parler de quelque chose qui ne fache pas trop et qui ne m'implique que très moyennement : le dernier livre qui est passé de ma
Pile A Lire à ma bibliothèque et ce grâce aux bons office d'Amélie.

En effet, suite à un petit jeu chez elle, j'avais reçu en cadeau et récompense un roman et un petit mot fort sympathique quoiqu'un petit peu difficile à lire puisqu'écrit en boustrophédon, je vais donc vous en parler maintenant que j'ai pu le finir entre deux livres pour préparer mon agrégation.
Il s'agit donc du livre de Carlos Ruiz Zafon, L'ombre du vent :


l'ombre du vent-copie-1



Quote-leftUn roman d'apprentissage écrit dans un style autobiographique par et sur un jeune homme et son père, ainsi que des personnages qui gravitent autour de leur librairie, depuis ses premiers émois, jusqu'à la découverte de la trahison en passant par l'amitié et ses aléas.

Un scénario qui évolue d'après la découverte d'un roman mystérieux intitulé justement L'ombre du vent et écrit par un inconnu qui a disparu en même temps que la plupart des tirages de ses oeuvres. Evidemment, comme il se doit, des liens se tissent entre les deux histoires, développées parallèlement, puisque le narrateur est intrigué par la vie de l'auteur du roman et s'entête malgré un certain nombre d'embuches à reconstituer son parcours.

Le rythme un peu lent du début s'accélère ensuite pour prendre son allure de croisière sur la majeure partie du livre, mais la fin un peu prévisible ralentit au final un peu la lecture et laisse un petit goût d'inconstance. Et même si les personnages sont assez fouillés et bien caractérisés, que la langue est fluide en étant ni trop présente ni négligée pour autant, les rebondissements restent dans l'ensemble assez prévisibles. Pour sa part, le décor est très bien planté et l'atmosphère magnifiquement rendue, à la fois oppressante et lourde en raison de la pluie et des brumes très présentes tout au long des pages, mais aussi des fantomes de la Guerre Civile dans cette Barcelone qui se délite.

Malgré ce léger essouflement final, un roman très agréable à lire avec quelques phrases ciselées, surtout pour qui aime les histoires de destins croisés, d'amitiés et de trahisons, les personnages tout droit sortis de romans et l'obsession des livres, ainsi que les aventures picaresques.Quote-right

 



Commenter cet article

pelote 30/08/2010 11:11


C'est un livre qui m'avait beaucoup plu, le personnage de Fermin surtout, et l'atmosphère aussi. C'était un très bon moment de lecture. Et quel lieux fascinant que le cimetière des livres oubliés
!
(la critique entre guillemets est-elle de vous ou tirée d'un autre site ?)


Saint Luc 02/09/2010 00:08



Ah oui Fermin, un grand moment, un vrai personnage picaresque et truculent !


Je regrette par contre que la bibliothèque ne soit pas plus présente, vu ce qu'elle représente et que c'est le point de départ, j'aurais aimé en savoir plus et qu'elle soit décrite plus avant...


Pour répondre à ta question, les critiques sont de moi, c'est pour ça que je n'en fais pas plus souvent, j'essaie de trouver les bons mots pour exprimer le fond de ma pensée et ce n'est pas
toujours simple, j'ai bien plus souvent des intuitions et des sensations, reste alors à tâcher de les mettre en mots.


Et au fait, bienvenue à toi !



galoune 11/03/2010 09:27


On ne se ligue pas, on t'aide, on t'encourage à tenir tes promesses!
Bises!


Saint Luc 13/03/2010 23:47


C'est ça, c'est ça... Même pas mal d'abord !!!


Amelie 09/03/2010 21:35


Merci Galoune, ça me fait bien plaisir ton commentaire :D

Quant à toi Saint-Luc je suis contente de voir cette critique : elle me rappelle les bons moments passés à lire ce bouquin, partant les autres passés à Barcelone avec ma soeur :)


Saint Luc 09/03/2010 22:22


Je vois qu'on se ligue mesdames !!!  ;)

Et il n'y a pas de quoi, la critique de ce livre est bien moins prenante que l'étude de ta photographie, même si j'ai tardé aussi vu que je l'ai fini il y a quelques temps déjà... C'est vrai que
certains livres nous rappellent des souvenirs ou des moments de notre vie et nous parlent d'autant plus du coup. J'imagine donc que c'étaient de bons souvenirs.


iopenso 09/03/2010 20:33


ça donne envie.
Vie sentimentale décevante? Bah bienvenue dans le cercle!


Saint Luc 09/03/2010 22:15


Et ça peut ! C'est un bon livre, et qui en plus se lit très bien.
Pour ce qui est de ma vie sentimentale, plutôt que décevante je dirais surtout qu'elle ressemble un petit peu beaucoup aux montagnes russes...


BBK.mel 09/03/2010 14:21


J'avais lu ce bouquin il y a quelques années (à sa sortie, si je ne m'abuse), et j'avais apprécié. Un peu policier, un peu romanesque, beaucoup de passion pour les livres. Sympathique et agréable à
lire, en tout cas.


Saint Luc 09/03/2010 22:07


Oui, c'est assez comme ça, même si je regrette un peu que le côté "passion des livres", tout comme l'histoire de la bibliothèque et de ses occupants ne soit pas plus longuement évoqué...
Tu n'aurais pas aimé que ce soit un peu plus développé, toi ?