Redde Caesari quae sunt Caesaris

Publié le par Saint Luc


La dernière fois je vous parlais de deux livres comment ça, vous avez oublié, personne ne suit ou quoi ? par et que j'ai d'ailleurs fini en premier.


Un roman que j'ai lu parce que j'ai l'esprit de contradiction en fait.

Je m'explique : jusqu'à présent JE NE VOULAIS PAS et REFUSAIS de lire cet auteur, répugnant à céder à l'effet de mode, l'emballement médiatique et à la réputation d'un écrivain. Parce qu'il faut bien dire que celui-là est une vraie bête médiatique, et moi je ne suis pas plus porté que ça sur les coups de coeur germanopratins, voire même ça peut me faire tout l'effet inverse et définitivement me bloquer.

Sauf qu'au bout d'un moment on finit par se dire qu'on devrait peut être quand même le lire ne serait-ce que par curiosité - et moi je suis curieux comme un chat, ai-je besoin de le préciser ? - et pour pouvoir dire quelque chose
d'un minimum intéressant, on ne peut pas critiquer et ne me dîtes pas que si, je vous connais, c'est vrai, mais bon on va peut être pas le faire vu que là on est entre nous quelque chose qu'on ne connait pas, la mauvaise foi a tout de même des limites...

Brèfle.
J'ai donc ouvert et lu
Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq, puisqu'il s'agit bien de lui, et voilà après concertation avec moi-même mûre reflexion ce que j'en pense :




Quote-leftUne véritable odysée dans les pensées et les raisonnements d'un homme qui se place en tant qu'observateur du monde et de la vie de ses contemporains. Y compris dans ce que cela peut compter comme banalités et comme turpitudes, ce qui ne manque pas de renforcer son cynisme et de creuser une distance toujours plus grande entre ceux-ci et lui. Des moments d'humour, d'autres désepérants, voire certains affligeants, mais toujours servis, il faut bien le reconnaître, par une véritable plume. Car même si l'on ne partage pas ce message, cette vision des choses et ce pessimisme, l'écriture joue à plein son rôle de vecteur d'émotion et nous fait littèralement entrer dans cette extrême lucidité et volonté de souligner uniquement médiocrité et le caractère insipide des choses et de l'existence.Quote-right







Mais, 
comme je n'aime pas finir sur un constat aussi morose je me suis dit qu'un peu de musique adoucirait si ce n'est les moeurs, au moins l'amertume... Alors histoire de redonner envie de se battre à nouveau :


 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

galoune 05/09/2009 19:56

Ce que c'est? Une érection, une photo sensuelle et nostalgique!
;-D
(un détail d'applique en porcelaine.)

Saint Luc 06/09/2009 11:41


J'ai vu...
Dis donc, elle est pas mal du tout ta lampe, elle est même très très chouette, comme quoi mon intuition (féminine ?) ne m'avait pas trompé !


carole 03/09/2009 23:35

oh oui mince ! pardon c'est écrit là haut. J'avais pas tout bien lu... gloups.

Saint Luc 03/09/2009 23:42


Ah ben oui, il faut tout lire tout partout !!!

Ceci dit, ça veut dire aussi que tu es venue par ici pour autre chose que pour des potins de cours, et ça je le prend plutôt comme un compliment...


galoune 03/09/2009 22:36

Dans quel genre d'établissement débarques-tu??? Oui, je sais, j'aurais du suivre, j'en ai le goût en bouche mais je ne trouve plus la réponse...

Saint Luc 03/09/2009 23:38


Dans un collège classé difficile, avec un public défavorisé...

Par contre, je ne suis pas tout à fait sûr d'en avoir déjà parlé, ou alors seulement à demi-mot, je vois que tu as donc la déduction fine !   ;)


galoune 03/09/2009 14:52

L'papounet, ça l'a fait rigoler que je le compare, pas le livre...
Ca y est, t'as des élèves???

Saint Luc 03/09/2009 22:21


Ah OK !

Ben oui, j'ai déjà rencontré mes premiers grumeaux, et c'est clair que ça va être plus sportif que dans mon ancien établissement, mais après tout c'était ce que je voulais...

Et ne me dîtes pas que je suis maso, je le sais !


carole 03/09/2009 14:32

Hello ! je m'immisce dans votre conversation. Et bien je suis contente de te connaitre un peu plus, luc : prof d'arts plastiques, c'est super... c'est un métier que j'aurais bien aimé faire tiens ! Particules élémentaires, j'ai lu il y a longtemps, et puis un autre que j'ai oublié. Je dois être un peu spéciale aussi car je suis comme le papa de Galoune, ça m'a fait plutôt rigoler. Une sorte de rire grinçant, désespéré, une espèce de rire déplacé, décalé, un ricanement... que sais-je. Mais oui je trouve que cet auteur ne manque pas d'humour.

Saint Luc 03/09/2009 22:15


Mais immisce, immisce...

Ceci dit, je l'avais déjà dit que j'étais professeur d'arts plastiques, et puis je crois que c'est marqué en haut à gauche du blog, dans la présentation !

Pour ce qui est des Particules élémentaires, je ne saurais trop dire je ne l'ai pas lu celui-là... Mais comme tu le dis, c'est vrai que c'est assez grinçant, il y a donc une côté humoristique tout
de même, bien que ce ne soit pas follement optimiste comme type d'humour !