Chronica Grominea I

Publié le par Saint Luc


Vu que, quand même hein ? pas vrai ? ça fait un petit bout de temps que j'ai pas causé bouquin et autres foutaises, ou pas, littéraires je ne vous ai pas entretenu, mes très chers ninternautes, des livres qui composent soit ma pile de livres à lire ou alors ma bibliothèque c'est donc le bon moment.

Bon, vous vous souvenez que
je racontais que j'avais croisé un blog de lecture fort gracieux de sa personne qui proposait de participer à un petit défi de lecture... Comment ça, non ? Mais si, des livres à choisir parmi les livres préférés des autres participants, non ? Toujours pas ? Bon, ben tant pis, prenez-le comme vous voulez mais bien quand même, parce que sinon ça craint quend même un petit peu alors.

Je vais donc vous parler du premier que j'ai lu ya un bout de temps il y a déjà quelques temps, mais vu que j'ai été débordé ces dernières semaines, j'avais franchement plein d'autres trucs sur le feu, nanmého je n'ai pas eu l'ocasion de vous en faire un commentaire. Il s'agit
donc du livre de Daniel Keyes, Des fleurs pour Algernon :







Quote-leftUne chronique, au sens propre, écrite par un simple, qui grâce à un protocole expérimental et une opération se voit proposer d'augmenter ses facultés intellectuelles, et par ricochet d'améliorer et sa condition et sa vie. Un postulat très bien rendu dans l'écriture, puisque l'on perçoit sensiblement les changements qui s'opèrent bien souvent à l'insu du narrateur, sans pour autant que le procédé paraisse pour autant évident et artificiel, comme plaqué sur le récit.

On suit donc l'évolution de l'intellect du narrateur, mais aussi de sa prise de conscience de ce, et de ceux, qui l'entoure, avec ce que cela suppose comme implications sur les émotions, les sentiments... On passe d'ailleurs, et c'est aussi ce qui est réussi et bien vu, du vécu au ressenti pour  enfin aboutir à la simple perception.

Un livre touchant donc, qui passe de l'humour, avec des situations parfois particulièrement cocasses, à la férocité, dans certaines analyses des relations humaines et de comment elles prennent telles ou telles directions, en passant par la mélancolie, sur ce que l'on peut déduire des sentiments que peut éprouver le narrateur, et où l'on s'aperçoit que ceux qui ne sont pas intégrés et conformes ne sont pas forcémment  ceux que l'on pense.

J'ai donc été réellement touché par ce livre, à tel point que j'ai même pensé à cesser de le lire un moment, même si je n'ose écrire ici pour quelles raisons, ce qui est rarissime, n'aimant pas du tout, mais vraiment pas du tout, lâcher un livre commencé. Quote-right




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Grominou 09/07/2009 16:19

Décidément je lis plein de belles choses sur ce roman!

PS Le titre de ton billet m'a bien fait rire! ;-)

Saint Luc 10/07/2009 20:07


C'est clair qu'il est bien écrit, et l'idée tout simplement fantastique ! Je me demande d'ailleurs comment que cela se fait que le cinéma ne s'en soit pas déjà emparée, a moins que ce ne soit le
cas, car après tout je suis TRES loin d'être au courant de tous les potins du cinéma...
D'un autre côté, ne me fait pas dire ce que je n'ai pas dit, c'est un bon livre voire très bon, certes, mais pas non plus LE livre ou l'un de ceux que l'on pressent comme l'un des futurs monuments
de la littérature, encore que je puisse bien évidemment me tromper et avoir tout faux !

Pour ce qui est du titre, tant mieux, c'était un peu fait pour à vrai dire... ;)


galoune 02/07/2009 22:18

J'ai le même principe, tout livre commencé doit être finit, hi, hi, il doit en exister un où deux, dans ma biblio, qui attendent depuis plusieurs années, mais guère plus...
Je vais noter ce titre, tu crois que ça peut marcher pour mes patients?
;-[

Saint Luc 05/07/2009 15:54


Tout pareil, il n'y a que très peu de livre chez moi que j'ai laissé en suspend, on doit être un peu psychorigide de la bibliophilie !!!
Pour ce qui est des patients, je ne sais pas hein, ça finit bizarrement quand même, et je ne leur souhaite pas, après tout sa vie du début n'est pas si horrible à ce qu'il lui semble...