De la triche, et de quelques autres petits arrangements

Publié le par Saint Luc


Alors, par haine envers Aboulafia, à l'énième obtuse demande (« Tu as le mot de passe ? ») je répondis :

« Non.»


Umberto ECO

 



Il y a des classes
COMME CA qui cumulent dangereusement.

Ce ne sont pas forcémment les pires d'ailleurs, mais il s'y passe toujours quelque chose si, si, vous voyez, allez un petit effort, vous visualisez là maintenant ?

Et bien c'est cette classe très particulière que j'ai le vendredi. Et ce vendredi, c'était ravioli évaluation, oui je sais, c'est pas sympa de la part d'un prof de crayon, mais il faut bien reconnaître que ça met d'équerre sous pression les élèves. C'est curieux, mais après ils ne considèrent plus qu'apprendre soit accessoire et puisse être fait seulement au petit bonheur la chance de manière aléatoire...

Donc voilà, tout d'abord Antonin, droit comme un i au fond de la classe, à la dernière table, près de la fenêtre et du radiateur, qui tient à bout de bras (et ce n'est pas une image, il tenait REELLEMENT à bout de bras sa feuille, verticalement devant lui, le bras tendu) sa copie tentant sans doute de la relire et y débusquer quelques billevesées qui se seraient glissées là par inadvertance, une attitude déjà bizarre, mais bon.
Après tout, il n'y avait personne à part peut être le mur derrière lui pour tâcher de lire ses formidaaaaaables réponses.
Mais là où ça devient carrément inintelligible, c'est que notre bon
Antonin
ne regarde nullement sa feuille mais moi. Ce qui a donné lieu, après deux bonnes minutes de ce manège, à un échange tout aussi curieux :



- Antonin... (me préparant déjà à un rude combat)
- Oui ?
- ... Je peux savoir ce que tu es en train de faire ?

- Ben... je relis ma copie !
- Ah. Et tu crois vraiment que c'est en me regardant depuis deux minutes que tu vas y arriver ?
- ...
- Je me disais aussi. (réplique ponctuée comme il se doit d'un éclat de rire général)



Là, on aurait pu croire que les choses allaient rentrer dans l'ordre, et le monde retrouver son emplacement normal, celui d'origine, les choses arrivent avec un tant soit peu de logique.


Sauf que non.


Pas vraiment, non.



Parce que maintenant c'est à ma droite que les choses prennent une tournure non-euclidienne, juste après que je me rende compte que Rostislav regarde de façon appuyée et ostensible (en tout cas de MON point de vue) la feuille de son voisin, le bonhomme et toujours compréhensif Bouvard :


- Rostislav... Ce serait bien que tu ne regardes QUE ta copie.
- ...
(et là, définitivement, il ne sera pas dit que cette heure de cours se déroulera normalement, puisque je vois maintenant Bouvard se pencher candidement, nature/peinture comme on dit, vers la feuille de Rostislav !)  

- Dis-moi Bouvard, je peux savoir ce que tu es en train de faire ?
- Ah, euh... 
- Tu crois franchement que c'est une bonne idée de copier sur la feuille de Rostislav ? Alors qu'il y a trente seconde il regardait sur ta copie, vu qu'il ne savait pas répondre aux questions ?
- ...


Moralité, lorsque l'une nos chères petites têtes blondes cherche une réponse qui lui échappe, plutôt que de bugger, eh bien son raisonnement et sa logique bifurquent dans une autre direction, et sa logique ne correspond plus forcément à la nôtre, et le bon sens n'est plus du tout son fort.

Publié dans Brèves de cours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article